Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Documents

Paru dans Libération
Date 20/04/2000
Titre Polémique autour de Renaud Camus
Auteur Ange-Dominique Bouzet

La directrice de France Culture, Laure Adler, a publié hier un communiqué pour faire part de «la plus vive indignation» face à « certains propos » relevés dans le « Journal 1994 » de Renaud Camus, la Campagne de France (Fayard) (Libération du 13 avril). Elle estime que l’auteur « met en cause certains collaborateurs de France Culture pour leur appartenance à la “race juive” », et ajoute : « Ces propos sont, non seulement diffamatoires, mais incitent à la haine raciale. Radio France étudie les conséquences judiciaires que ces propos appellent à l’évidence. » Laure Adler, qui fait allusion à plusieurs pages du « Journal » concernant l’émission Panorama, est « particulièrement choquée » par Renaud Camus qui « désigne » certains intervenants comme « “collaborateurs juifs” à qui, dit-elle, il dénie le droit d’être “les porte-parole de l’expérience française telle qu’elle fut vécue pendant une quinzaine de siècles par le peuple français sur le sol de France” ».
L’auteur de la Campagne de France écrit page 48 : « Les collaborateurs juifs du Panorama de France Culture exagèrent un peu, tout de même : d’une part ils sont à peu près quatre sur cinq à chaque émission, ou quatre sur six, ou cinq sur sept, ce qui, sur un poste national et presque officiel, constitue une nette surreprésentation d’un groupe ethnique ou religieux donné. (…) » Deux pages plus loin, Renaud Camus revient sur cette phrase : « Ou bien cette proposition est juste, ou bien elle n’est pas juste (…). Mais il semble qu’il pourrait en être débattu sans qu’aussitôt quiconque la soutiendrait soit accusé ou soupçonné des pires monstruosités idéologiques, politiques et morales. » Incriminant une deuxième fois, page 408, les « intellectuels juifs ou d’origine juive » de Panorama, il écrit : « Ils ont des opinions qui sont aussi précieuses et aussi légitimes que n’importe lesquelles, bien entendu ; que n’importe quelles opinions de journalistes ou d’intellectuels compétents – plus précieuses et plus légitimes peut- être, car plus directement mûries, c’est probable, par l’expérience sensible ou familiale. Mais ils ne devraient pas s’exprimer seuls. (…) »


Réagir à ce document.

L’avis des lecteurs