Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Documents

Paru dans Revue France Busan
Date 28/04/2004
Titre Renaud Camus à Busan (Corée)
Paru dans le n°  de juillet/août 2004

à l'initiative de l'Ambassade de France, de l'Alliance française et du département de français de l'université nationale de Busan, l'écrivain Renaud Camus nous a honoré de sa visite le 28 avril dernier. Lors de sa conférence, il nous a livré quelques unes de ses réflexions dont nous vous proposons ici quelques extraits.

Renaud Camus s'intéresse à toutes les formes d'écriture, dont Internet, qu'il appelle « la forme heureuse »  « Je préfère être 50 écrivains qu'UN écrivain », dit-il.

« Internet est une aventure intellectuelle mais il faut conserver des contraintes car plus une liberté survient plus il est nécessaire de s'imposer des contraintes sur la forme. »

Il refuse totalement le surréalisme : « Ce n'est pas du tout ma famille. »

à la question « Pourquoi écrire ? », voici sa réponse :

« Tant que je désire, je continue à écrire, j'ai une curiosité sans borne. J'écris pour voir (ce qui va se passer …) » et il ajoute : « On ne voit rien qu'on n'est pas capable de nommer. »

La littérature est le grand non serviam de l'existence (en latin : « je ne servirai pas »). Pourtant elle continue et refuse de se soumettre. « La littérature ne devrait pas être et pourtant elle existe, quelle vertu ! » et l'écrivain de citer Galilée : « Et pourtant elle tourne. »

L'avis de Renaud Camus sur la Corée ?

« C'est mon premier voyage en Asie . Je n'ai pas de réelle surprise mais plusieurs étonnements. En Hongrie la langue était très difficile, elle l'est encore plus ici. Les Coréens parlent très peu anglais. Les noms changent sans arrêt : noms de lieux, noms de personnages célèbres, c'est un véritable casse-tête pour un européen. C'est sans doute lié à une volonté confucéenne de trouver le mot juste ? »

Que dit-il aux étudiants coréens ?

« Il faut suivre ses passions , à condition d'en avoir ! C'est un conseil d'imprudence en fait, je suis de très mauvais conseil ! »

Propos recueillis par Hubert Sevin

Ce texte est extrait d'une brochure de l'Alliance française consultable ici au format PDF (1,13 Mo).
Ce fichier nécessite des polices coréennes pour un affichage intégral correct.

Nous remercions Hubert Sevin de l'Alliance française de Busan de nous avoir aimablement fait parvenir ce document.

Voir également :
– le message n°9164 ;
– le texte de la conférence donné par Renaud Camus à Séoul, le 29 avril 2004, et publié dans Syntaxe ou l’autre dans la langue.


Réagir à ce document.