Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Documents

Paru dans L’Express
Date 31/03/1975
à propos de Passage
Titre Renaud Camus, copieur de talent
Auteur Angelo Rinaldi
  Cf. message n°7536.

Renaud CamusEn art, au fond, le souci de l'originalité n'est qu'une superstition moderne : les grands Anciens ne se gênaient pas pour piller leurs confrères vivants ou morts. Et, de toute façon, chacun, inconsciemment, s'inspire d'un modèle. Jean Paulhan affirmait même qu'il suffit d'avoir lu une seule phrase d'un auteur pour en être obsédé toute la vie et infléchir son style en conséquence.

Ce n'est donc pas d'emprunter des paragraphes entiers à différents ouvrages que l'on reproche à Renaud Camus – mais de l'avouer. Nous voilà obligés d'insister sur le procédé au lieu de parler du livre.

Quel ennui et quel dommage, lorsque, justement, l'ennui est ce qu'il y a de plus étranger à ce texte crépitant de fantaisie et d'intelligence où les citations et les souvenirs s'imbriquent et dont les personnages discernables dans la grande cohue des références sont de faméliques et sophistiqués dandys « Rive gauche » se réchauffant à la chaleur des mots. Se distinguent parmi eux un employé de maison d'édition, un cover-boy américain, et leur voisine, une princesse de Galles dont le comportement ne fait certes pas honneur à la moralité des Windsor.

Des photos juxtaposées fournissent d'ailleurs d'autres motifs de scandale. Ainsi surprend-on Proust, libéré de la présence de sa chère maman qui est allée prendre le thé chez une amie, en train de lorgner Monsieur Muscle qui n'a rien à cacher. Ainsi va-t-on de surprise en surprise dans ce premier roman ouvert à toutes les rencontres et où il arrive que le cœur, parfois, se laisse piéger.

Normal : nous sommes dans une maison de rendez-vous revue par Robbe-Grillet, où une certaine culture contemporaine et un érotisme de bains de vapeur s'aguichent mutuellement dans l'escalier, sous l'œil narquois d'un jeune écrivain doué comme peu, dont les fantasmes promettent beaucoup pour la suite.

Et qui, déjà, démontre que c'est beau de « copier ».


Réagir à ce document.

L’avis des lecteurs