Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Documents

Paru dans renaud-camus.org
Date Novembre 2000
à propos de Corbeaux
Titre Communiqué : Corbeaux, Journal de l’« Affaire Renaud Camus », par Renaud Camus
Auteur Les Impressions Nouvelles

Le mot de l'éditeur

Pendant trois mois – dans une incroyable « furia » qu'il faudra un jour analyser – toute une société s'est acharnée sur La campagne de France et, souvent sans l'avoir lu, sur son auteur : Renaud Camus.

L'accusation d'antisémitisme portée contre Renaud Camus est trop grave, trop radicalement infamante, mais également trop foncièrement injuste, pour ne pas offrir à l'accusé tous les moyens de s'expliquer et de se défendre.

Il fallait donc qu'une instance, dans le monde de l'édition, ouvre à l'écrivain Renaud Camus un espace d'explication et de clarification que le monde de la presse – en instruisant, à sens unique, un procès à charge aux allures de vengeance – lui avait refusé.

Considérant les puissants enjeux non seulement idéologiques et politiques, mais également stratégiques, éditoriaux et économiques engagés par l'« Affaire Renaud Camus », il fallait que cette instance dispose d'une totale indépendance.

C'est pourquoi, à l'appel de Renaud Camus, les Impressions Nouvelles – maison d'édition dont la structure économique et le catalogue garantissent une complète autonomie – a choisi de publier aujourd'hui Corbeaux.

C'est que, comme l'écrit le peintre Jean-Paul Marcheschi : « l'urgence est celle- ci : LIRE. Lire et relire. Que lire redevienne possible. Lire Renaud Camus. »

Mais nous publions aussi Corbeaux parce qu'indépendamment de son intérêt d'actualité, Renaud Camus signe, avec ce texte, un de ses plus beaux textes : un grand journal, empreint d'une distance, d'un humour et d'une tenue qui, au regard de la violence des attaques, invitent au respect d'une vraie lecture.

Pour commander le livre

Le mot de l'auteur

« Ce livre ne constitue en aucune façon une « réponse » aux questions qui furent soulevées, durant le printemps de l'année 2000, par ce qu'il est convenu d'appeler, à tort ou à raison, « l'affaire Camus ». De cette affaire il n'est que la chronique, du point de vue nécessairement partiel du personnage éponyme – lequel se serait, faut-il l'écrire, bien passé de l'être.

Des événements du printemps 2000, plus que les enjeux idéologiques ou moraux, Corbeaux éclaire le déroulement – de l'intérieur, pour ainsi dire. Il ne s'agit pas d'un ouvrage de fond. Mieux vaut y voir un témoignage immédiat, sur un phénomène assez rare, et dont l'ampleur en a surpris plus d'un : l'emportement furieux de toute une société, ou de sa presse à tout le moins ; et sur la façon dont cet emportement est subi, trois mois durant, par celui qui en est l'objet.

Un journal n'est pas un essai, ni un traité, ni un pamphlet. Le sens n'y a pas le même statut. Même s'il a ses points d'ancrage, d'alarmante insistance, de complaisance ou de souffrance, il est en errance perpétuelle. Que d'aucuns, maintenant, guidés par le hasard ou par la malveillance, le surprennent en tel ou tel de ses tours et détours, ils auront beau jeu d'en offrir les plus trompeurs instantanés. Ce que rappelant ici, il ne s'agit en rien de se dédouaner sur une quelconque irresponsabilité qui serait inhérente au genre. L'auteur de journal, s'il le fait publier, est aussi responsable de ce qu'il a écrit que n'importe quel auteur. Mais le lecteur de journal, lui, ou son commentateur, a la responsabilité de tenir compte du caractère particulier de ce qu'il lit. Plus que du sens, ce qu'il rencontre, c'est une histoire du sens, en un sujet donné : la chronique de son cheminement, souvent par des chemins obscurs, à travers des contrées scabreuses, des grottes, des carrières et parfois des abîmes.

Antisémitisme, judéophilie, identité, nationalité, immigration, origine, culture et générations, culture et classes sociales : j'ai bien l'intention de me colleter un jour avec ces sujets-là, un jour assez prochain je l'espère, en un ouvrage nommé Du Sens, précisément. Le projet en est bien antérieur à « l'affaire », qui n'a fait qu'en retarder l'exécution, au contraire. Entre ces pages-là, je reviendrai à loisir sur tout ce qui fut objet de débat, récemment, et surtout d'anathèmes et de jugements sans appel. Dans cet ouvrage-ci, ces sujets ne sont traités qu'en passant, sur le mode du journal puisque c'est un journal : celui d'une période toute proche, qui a dépensé des milliers de phrases à proscrire mes phrases, et toutes celles qui prenaient ma défense ».

Extraits de l'Avant-propos à Corbeaux par Renaud Camus

Le livre

Le livre est composé de :

Pour le commander

L'éditeur

Créées en 1986, les Impressions Nouvelles ont publié jusqu'en 1992 plusieurs dizaines d'ouvrages parmi lesquels on peut citer :

Jean Ricardou Révolutions minuscules, nouvelles
La cathédrale de Sens, nouvelles
Une maladie chronique, théorie
Georges Perec & Fabricio Clerici Un petit peu plus de 300 000 poèmes
Jean Lahougue La doublure de Magrite, roman
La ressemblance et autres abus de langage, nouvelles
Benoît Peeters La bibliothèque de Villers, roman
Valéry, une vie d'écrivain ?, essai biographique
Jean-Yves Haberer La fièvre atlantique, roman
Martin Vaughn-James La cage, roman visuel
Jan Baetens Du roman-photo, essai
Annie Combes Agatha Christie, l'écriture du crime, essai
R. Descartes & M. Schoock La querelle d'Utrecht, échange philosophique
Jean Galard La beauté du geste, essai
Michel Gauthier Les contraintes de l'endroit, essai
Guy Lelong Des relations édifiantes, essai
Erwin Panofsky Galilée critique d'art, essai

Après une période de suspens, les Nouvelles Impressions reprennent leur activité avec la publication de Corbeaux qui pose des questions et éclaire des problèmes dont il est essentiel de débattre, tant pour la littérature que pour le futur de la société française.

Les Impressions Nouvelles
BP 22
75965 Paris CEDEX 20
01 40 33 58 07
i.n@free.fr


Réagir à ce document.

L’avis des lecteurs