Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Documents

Paru dans Lire.fr
Date Juin 2000
à propos de Vaisseaux brûlés
Titre Renaud Camus : « Comme l'écrivain ! »
Auteur Rémi Coignet

Renaud Camus produit un objet multimédia non identifié : Vaisseaux brûlés. Il le présente ainsi : « Vaisseaux brûlés appartient au genre littéraire peu pratiqué en tant que tel de la Petite Annonce. [Il] constitue à la fois une édition très abondamment annotée de P.A. sous forme d'hypertexte et une version indéfiniment évolutive du même ouvrage. » Cette œuvre proliférante et arborescente est le prolongement de P. A. (Petite annonce) publié, en 1997. Dans ce « work in progress » certains paragraphes constituent des petites annonces stricto sensu. Leur objet peut être culturel, homosexuel ou encore professionnel. Le lecteur est invité à y répondre.
Gros bémol à cette initiative, on trouve disséminée dans ce texte les thèmes qui ont valu à Renaud Camus l'accusation d'antisémitisme.
En outre, poussant loin l'amour de soi, Renaud Camus reproduit sur son site les éléments de la polémique autour de La Campagne de France, les attaques les plus violentes à son encontre, comme ses réponses.

On adore

P.A. (qui constitue la base de Vaisseaux brûlés) commence par cette objurgation : « Ne lisez pas ce livre ! ». Sur le site, un lien hypertexte conduit aussitôt à cette réflexion ironique : L'auteur ne savait pas, évidemment, en formulant cette négative injonction, qu'elle allait être prise à ce point au pied de la lettre et qu'il serait si bien entendu.
– Bien évidemment, nous apprécions qu'un écrivain s'empare de l'Internet et y trouve un moyen radicalement nouveau de malaxer le matériau littéraire.

On regrette

– Dans le cas qui nous intéresse, la mention « on regrette » est bien légère. En effet, des paragraphes antisémites sont présents même s'ils ont été expurgés par l'auteur. Certains alinéas sont remplacés par la mention « Paragraphe retiré sur conseil juridique » tandis que subsistent d'autres faisant l'éloge de « la pensée juive » (sic). Comme si la réflexion de quiconque pouvait se définir par son origine !
– Il est dommage qu'après un certain nombre de « clics » sur les liens hypertextes on se retrouve dans une impasse. Le lecteur n'a plus, alors, qu'à actionner le bouton « précédent » de son navigateur.

En visitant ce site, chacun pourra se faire son opinion sur l'œuvre de Renaud Camus et son talent, comme sur la polémique qu'il a suscitée.


Réagir à ce document.

L’avis des lecteurs