Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Les Nuits de l’âme (Journal 1996) »
page 113

Voir la description du livre

«
    Allons au bout de nos passions. L'art ne m'est rien
auprès de l'amour. Même la seule volupté l'emporte sur lui
haut la main. Quant à la vie sociale, elle arrive bon dernier
de la course. Foutez-moi la paix avec vos invitations à dîner.
J'aime mieux déposer un baiser volé sur l'épaule ronde aux
longs poils lisses et noirs, parallèles, d'un petit samouraï
dominicain qui s'en fout royalement. Que je sois fou, sans
doute. Mais c'est seulement dans votre système. Dans mon
système à moi tout se tient parfaitement (n'est-ce pas la 
définition de la folie ?).
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par Jacqueline Voillat.