Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Buena Vista Park »
page 32

Voir la description du livre

«
Exercices bathmologiques

S'appliquer à estimer un moment, très sérieusement, que
La recherche du Temps perdu est un mauvais roman ; que
Phèdre est une tragédie de Ponsard ; qu'un urinoir est une
œuvre d'art ; que le garage du voisin est un chef-d'œuvre d'archi-
tecture ; qu'un dessin de Twombly est un gribouillage d'enfant ;
que Liberté est un grand poème ; que l'art français depuis
la Libération est le meilleur du monde ; que Pantin est d'une
déchirante beauté ; que Mondrian est un mystificateur ; que
Mme Moitessier, telle que nous la présente Ingres, est une
femme très désirable ; que le Front Populaire est responsable
de la défaite de 1940 ; que la musique de Phil Glass est
fasciste d'esprit ; que l'architecture nazie est superbe ; stali-
nienne ; que les Juifs ont trop de pouvoir aux Etats-Unis ;
que Wagner est rasoir ; que ce livre est subtil ; que les Noirs
ont un sort plus enviables en Afrique du Sud que dans
n'importe quel autre pays du continent ; que ceux des Etats-
Unis ne peuvent que se féliciter de ce que leurs ancêtres
aient été enlevés comme esclaves ; que Mao-Tsé-Toung était
un penseur de vingt-cinquième ordre ayant mal digéré des
auteurs tous occidentaux ; que les Espagnols étaient bien
plus tranquilles sous Franco, à condition de ne pas se mêler
de politique, ce qui n'est jamais que du temps perdu de
toutes façons ; que toute la philosophie n'est qu'une vaste
foutaise ; qu'il vaut mieux passer son temps à s'amuser autant
que possible plutôtque de le perdre dans les livres qui ne
font que se contredire les uns les autres, et quelquefois eux-
mêmes ; que Maurice Clavel était un intellectuel d'une
étonnante profondeur ; que le phénomène dominant du
XXe siècle est le triomphe absolu de la civilisation euro-
péenne ; que le Nouveau Roman est une sinistre farce à
laquelle ne croit plus que quelques universitaires améri-
cains, et encore ; que Harry Truman a été l'un des plus
grands présidents qu'ait connus l'Amérique ; Lyndon Johnson ;
que San Francisco est laid ; etc.

Avancer les raisons pour ces convictions ; observer à quels
réajustements de contextes elles obligent ; faire le tour de
ce qui doit être le cas si c'est le cas.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus