Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Hommage au Carré (Journal 1998) »
page 186

Voir la description du livre

«
Peut-être détesté-je les voyages, au fond. Chaque fois que 
je renonce à l'un ou à l'autre, j'éprouve une impression de 
vif soulagement. C'est partir que je n'aime pas. Une fois que je suis 
parti tout va bien. Et en général je n'ai alors aucune envie de 
rentrer. Mais préparer ses bagages, faire nettoyer ses vêtements, 
trouver des solutions à toute sorte de petits problèmes pratiques 
tels que la garde des chiens ou celle de la maison, et interrompre son travail, 
surtout, quel ennui ! Comme on se sent mieux quand on a décidé que 
demain serait exactement comme aujourd'hui…
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par Jérôme Vallet.