Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Roman Roi »
page 197

Voir la description du livre

«
    A propos de vieillards : il y avait à la villa Cimbrone un vieux jardinier, 
comme il en erre entre les bosquets des Noces de Figaro : grand chapeau de paille, 
tablier bleu, brouette. Et ce vieux jardinier, apparemment, était fou d'amour pour 
Roman. Non, pas d'amour, d'ailleurs, de désir, plutôt, et qu'il exprimait de 
la façon la plus crue. Il guettait Roman à la croisée des 
allées, et si le garçon était seul, il faisait dans sa direction les 
gestes les plus significatifs, non sans soulever son tablier bleu.

    « Ce sont les premières propositions que j'ai jamais reçues. »

    Elles n'intéressaient pas leur destinataire, mais il aurait volontiers 
parlé au vieux jardinier. Cet homme l'intriguait, il éprouvait pour lui de 
la curiosité, de la sympathie même, il admirait son courage et 
l'étendue des risques qu'il prenait, car on ne saurait dire quelles sanctions 
auraient pu s'abattre sur le malheureux si l'un des des gardes du corps avait surpris ses 
manèges, ou bien si Roman les avait dénoncés. Roman n'en avait aucune 
intention. Mais il aurait voulu s'entretenir avec son admirateur, et il s'y essaya une ou 
deux fois. Sans succès : l'autre n'avait qu'une idée en tête, et ce 
n'était pas la conversation. Il ne semblait d'ailleurs pas comprendre les quelques 
mots d'italien que lui adressait Roman et, quand le garçon s'approchait de lui, il 
ne songeait qu'à se frotter le bas-ventre.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS.