Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Roman Roi »
page 301

Voir la description du livre

«
    L'épisode qui l'a tant ému de la toque d'équitation 
retirée est d'ailleurs postérieur à toute une semaine, au moins, 
d'incertitudes et d'interrogations sur la personne de l'inconnue. Ce n'est pas même 
lui qui a offert la première vision de la chevelure en liberté. Il ne vaut 
que par la chute, la surprise soyeuse, et apparemment bouleversante, du déversement 
lumineux, ondulé, luxuriant, sur les épaules, de ce qui était 
caché, serré, ramené de la nuque sous la coiffure de velours noir. 
Et, en ce même temps, ce mouvement ondoyant du cou, le geste de la main, le sourire 
probablement : premiers instants de confiance, d'intimité timide; tant de bonheur 
effraie, on n'ose se convaincre de sa réalité, et pourtant ce qu'on a 
tellement espéré, depuis dix ans, depuis une semaine, semble bel et bien 
être en train d'arriver. La lumière du plein été perce à 
travers la voûte des ormes et des platanes, un rayon facétieux et tendre 
atteint un poignet, une tempe, l'hésitation d'un regard, le cur bat trop vite, on 
ose à peine parler, si tout allait se briser d'un seul coup, se diluer, 
disparaître ?
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS.