Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Roman Roi »
page 434

Voir la description du livre

«
Mais je connais les moments qui l'arrachent au Palais, qui le forcent à sortir. Ce 
sont ceux où la fureur s'empare de lui. Ils ne sont pas rare. Je ne savais rien, 
avant son mariage, de ses colères. Elles sont terribles. Diane les aggrave, et en 
multiplie la violence, la durée, par le calme qu'elle affiche en face d'elles. 
Dès que s'émeut entre Roman et elle un sujet de querelle, dès que la 
discussion s'envenime, elle se ferme, elle se dérobe, elle se refuse à 
l'échange et Roman, alors, briserait tout pour la rejoindre, pour la toucher, pour 
atteindre une résistance, une réponse, ce personnage même dont n'est 
plus sensible qu'une statue, un masque, une exaspérante absence.

Oui, en cette femme, une absence, et troublante. La séduction même, 
immédiate, irrésistible, mais où l'amour doit s'affoler à 
chercher un arrière-pays, une campagne enveloppante, de sûrs paysages. 
J'éprouve cela moi-même, en face d'elle, une difficulté à 
dépasser les apparences, les mots, les noms propres. Toute conversation 
sérieuse l'ennuie. On sent en elle, surtout, ou l'on craint de sentir, je ne sais, 
une ironie légère qui décourage la confidence, non, qui l'encourage 
peut-être, au contraire, parce qu'elle ôte à toute 
révélation son importance, son poids, mais qui interdit de s'y 
arrêter, d'essayer de l'expliquer, de la développer. La lourdeur est ce que 
la Reine déteste le plus. Sa devise pourrait être : Passons. Mais 
passer toujours, pour qui l'aime, doit être épuisant.

Ai-je donné l'impression, plus haut, qu'elle n'était qu'une sorte 
d'intellectuelle ? Nous l'avons eue. Nulle n'est plus fausse. Eblouis par tout ce qu'elle 
nous révélait de cultures inconnues, de musiciens, d'artistes, de mouvements 
littéraires dont nous ne savions rien, nous nous efforcions de débattre avec 
elle de ces choses et de ces gens, d'avancer des idées, d'exprimer nos sentiments 
sur ce que, grâce à elle, nous découvrions. Mais nos enthousiasmes de 
néophytes venaient buter sur son  flegme courtois. Dans ces moments-là, elle 
nous trouvait pesants, je crois bien, et probablement ridicules, et naïves nos 
discussions. Une sorte d'indulgence lasse apparaissait sur son visage, inquiétant 
prélude à une impatience suggérée. Elle n'était plus 
là. Elle est toujours ailleurs.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS.