Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Roman Roi »
page 495

Voir la description du livre

«
Rien ne la ramenait en Caronie, au fond, que Roman et son amour pour lui. Lui manquait-il, 
au cours de ses voyages, autant qu'elle lui manquait, je ne saurais le dire, ni personne. 
Je ne suis même pas sûr que Roman, malgré sa jalousie et la 
colère qu'il éprouvait à la voir partir, ne se soit pas 
réjoui, quelquefois, d'être privé, pour un certain temps, de cette 
femme avec qui sa vie était un affrontement continuel, voluptueux, sans doute, 
amoureux, follement intense, mais épuisant, déchirant. On dirait qu'ils ne 
peuvent pas davantage se séparer que se supporter. Rien n'est d'une aussi visible 
puissance que la passion farouche, dévastatrice et âpre qui les attache l'un 
à l'autre et qui donne aux tiers, en leur présence, le sentiment 
désagréable d'être indiscrets.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS.