Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Chroniques achriennes »
page 154

Voir la description du livre

«
    La conviction que le sexe, dans tous les sens du mot, doit faire l'objet d'une 
discrétion particulière, doit être caché, tenu à 
distance, enrobé de périphrases, cette conviction-là ne nous semble, 
à beaucoup d'autres et à moi, qu'une longue et pénible maladie de 
civilisation. Et pourtant, ceux qui continuent à en être atteints, nous nous 
comportons à leur égard comme si c'étaient nous les malades et comme 
si nous leur devions, par pudeur, de leur cacher les traces de nos maux. De fait, leurs 
sales idées, leurs valeurs perverties, la gangrène de leurs blèmes 
aigreurs nous ont contaminés, peut-être à jamais : il n'est pas 
jusqu'à l'homophobie, parmi elles, qui n'infecte encore les homosexuels eux-
mêmes. Nous avons beau être débarassés d'elles, 
intellectuellement, elles nous reviennent et remontent en nous à la première 
occasion, par surprise, en vieux réflexes, et nous ne songeons pas à les 
chasser alors qu'elles n'ont jamais songé, depuis toujours, qu'à nous 
gâcher la vie.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus