Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Buena Vista Park »
page 38

Voir la description du livre

«
Goûts

Madame X a hérité une importante collection de tableaux
fin-de-sciècle, les uns académiques ou pseudo-symbolistes, les
autres impressionnistes ou post-impressionnistes.

La vieille gouvernante de Madame X préfère les premiers,
parce qu'elle trouve les sujets plus intéressants, qu'ils sont
« mieux peints », les détails « mieux rendus », et que regardez
ce collier, si on dirait pas qu'il est vrai…

Madame X préfère les seconds, parce que les auteurs sont
plus originaux, qu'ils ont été méconnus de leur vivant, qu'ils
montrent choses et paysages comme ils les voyaient, eux,
et non pas comme ils sont, etc.

L'aîné des petits-fils de Madame X s'intéresse plus aux
premiers parce qu'on a trop longtemps ignoré les peintres
académiques, dont certains avaient un immense talent et un
métier inouï, que leurs sujets, jugés ridicules pendant des
lustres, témoignent, à plus attentive observation, de beaucoup
plus de subtilité qu'on ne l'a dit, dans le domaine de la
perversion érotique, par exemple, que les surréalistes ne s'y
sont pas trompés, que l'impressionnisme est la peinture
officielle des vieilles dames du XVIe arrondissement, etc.

Le plus jeune des petits-fils de Madame X préfère les seconds,
bien qu'il ne s'intéresse pas particulièrement à l'impression-
nisme, parce qu'il trouve l'art pompier vraiment vulgaire,
les allusions érotiques chères à son frère des niaiseries de
vieillards libidineux, et surtout parce qu'il est exaspéré par
la banalité, parmi une certaine couche de jeunes intellectuels,
de la redécouverte des peintres académiques.

Y s'intéresse surtout aux premiers, parce qu'ils lui rappellent
les reproductions du Larousse de son enfance.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus