Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « P.A. »
page 319

Voir la description du livre

«
834. Peu de choses rendent plus implacablement à la solitude essentielle, en effet, 
que les grandes émotions de l'écoute, ou du regard, lorsqu'elles ne sont pas 
partagées. Lire procède d'un autre registre. Lire assume d'emblée la 
solitude. On y est seul de toute façon : seul comme devant la mort, devant la vie. 
Mais un quatuor, un lied, un paysage, en être transporté, comme il arrive, 
jusqu'au plus profond de soi-même, ou peut-être au plus haut, et s'apercevoir 
qu'un corps, contre le sien, qu'une imagination, un coeur, non seulement ne sont pas de ce 
voyage, mais n'ont pas même pas le soupçon de ce qui vous arrive, je ne sais 
rien qui décourage davantage d'aimer, ni n'en fasse apparaître, plus 
cruellement, la dérision.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus