Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Le Chasseur de lumières »
page 126

Voir la description du livre

«
Or, ce que lui proposait la survenue de Vincent dans le cours finalement plutôt
paisible de ses jours, c'était la mise en cause de tous ces équilibres
précaires mais somme toute habitables, la remise en question de tous les partis
qu'il avait pris depuis toujours, ou que lui avaient insensiblement imposés, avec
le temps, le milieu dans lequel il vivait, la génération à laquelle
il appartenait, les conditions particulières de sa famille. Il n'était pas
sûr de désirer pareil changement. Il croyait même être certain de
ne pas vouloir du type de relation exclusive, et définitivement fermée sur
elle-même, qui pour Vincent allait sans dire, dès lors qu'ils sétaient
trouvés l'un l'autre, et qu'ils s'aimaient. Préciser sa pensée,
cependant, aurait tout compromis de ce qui était en train de se construire. Ses
objections, en la circonstance, étaient surtout des objections de principe ; et il
n'avait guère l'occasion, ni le désir, ou le courrage, de les
présenter de façon catégorique et pressante, en vue d'un effet
immédiat qui en fait lui faisait peur. Aussi les gardait-il pour lui-même,
jouissant assez tranquillement, en ce demi-malentendu, de ce qui lui était
dévolu par le hasard, ou par sa bonne fortune ; et ne manifestant, de ses
convictions sur le couple en général, que certaines réticences
particulières au sein de ses rapports avec Vincent, des ironies ou des
méchancetés guillemetées dont l'effet le plus immédiat
était d'inquiéter Vincent, et de le rendre encore plus amoureux, en le
persuadant que son bonheur n'était pas sûr.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus