Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Répertoire des délicatesses du français contemporain »
page 74

Voir la description du livre

«
    La littérature n'impose plus ses normes. La
France a cessé d'être une société “littéraire”. Les
écrivains ont été chassés du piédestal où les avait
placés une tradition non pas immémoriale, certes,
mais vieille de deux siècles à peu près. Dans la plu-
part des dictionnaires, les exemples, au lieu d'être
empruntés comme jadis aux ouvrages d'auteurs
classiques ou du moins consacrés, le sont au lan-
gage courant. L'usage seul est considéré comme
fondateur. Il s'ensuit une curieuse tautologie de la
norme : ce qui se dit est ce qui se dit. Mais comme
l'usage évolue sans cesse, il n'y a plus de norme.
S'affrontent alors deux conceptions langagières,
autant dire idéologiques : celle qui veut des règles,
et les cherche dans la logique, dans la tradition,
dans l'étymologie, dans l'origine; celle qui n'y tient
pas, et qui place sa confiance dans l'évolution per-
pétuelle, et dans le renouvellement constant, et dans
ce qu'on pourrait appeler, si l'on ne craignait pas
l'oxymore, l'invention individuelle de masse.

    La première de ces deux conceptions a encore
le pouvoir, officiellement. Mais ce pouvoir est tout
symbolique, ou plutôt nominal, car cette conception
n'a pas la puissance de créer des symboles, juste-
ment. Elle est très minoritaire, et surtout déficitaire
en capital de sympathie.

    La seconde conception est très sympathique*,
au contraire. Tirant sa substance du temps tel qu'il
va, et non pas tel qu'il fut (la question étant de
savoir lequel de ces deux temps est le temps tel qu'il
est), elle fait l'objet de toutes les complaisances du
présent, jour après jour renouvelées.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS.