Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « L’Élégie de Chamalières »
page 81

Voir la description du livre

«
    Il n'est pas aujourd'hui, dans la commune, un habitant sur dix pour y avoir vu le jour.
Cette banlieue n'est plus offerte qu'au sommeil. On s'y presse de très loin pour y
dormir la vie. Moi dont c'est la patrie, si j'y viens pour une fois, j'y descends à
l'hôtel. J'y suis l'homme invisible, sans nom, personne moi-même, en
symétrie. M'y connaîtrait-on seulement, comment pourrais-je en quoi que ce
soit retenir l'attention des gens d'ici, leur intérêt, leur dilection ? C'est
tout juste si notre langue est la même. Nous n'infléchissons pas les mots
dans le même sens, ni n'y plaçons les mêmes accents. Les vitrines
autant que leurs reflets, les yeux bien davantage que les regards, les paroles surprises
en vol mieux que celles qu'on nous destine (aimablement, d'ailleurs), si nous achetons le
journal ou demandons notre chemin, tout nous rappelle qu'ici nous n'avons pas lieu.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS.