Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Journal romain (1985-1986) »
page 458

Voir la description du livre

«
[…] Bonne occasion pour me souvenir combien j'aimais ces jardins sous la lune, et 
leurs corps complaisants. Il y a mille fois plus de vraie vie pour moi, de poésie, 
d'allégresse et d'adhésion au monde en ces bosquets, ces errances, ces 
caresses, que dans tous les moments de l'existence où le désir n'affleure 
qu'à peine, médiatisé, éteint. J'ai eu tort, par parresse, de 
me priver des mois durant de ces plaisirs. Il est vrai qu'à Rome ils sont bien 
chiches. Le premier moment d'enthousiasme passé, j'ai vite eu l'occasion de m'en 
ressouvenir. […]
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus