Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Le Lac de Caresse »
page 33

Voir la description du livre

«
Les larmes sont une métaphore, sans doute, mais leur simple menace en est une 
autre, et plus encore, et plus littéralement : car elle est en effet un transport 
qui se propose de nous faire pleurer, soit que l'ici s'effrite comme château de 
sable au premier mascaret, soit qu'un ailleurs lui-même très ensablé 
perce un tunnel fulgurant jusqu'à la page que nous lisons, jusqu'un banc de pierre 
où nous sommes assis sous un tilleul, près d'un bassin, jusqu'à cette 
vitre où s'appuie notre front, dans la chambre d'hôtel d'une ville 
étrangère ; et jusqu'à ce bonheur dont nous étions si 
sûrs. Pendant ce temps, susurre-t-il, à des lieues de là… 
(Meanwhile, in Pago-Pago).
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus