Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Retour à Canossa (Journal 1999) »
page 512

Voir la description du livre

«
    « Bonjour Mademoiselle », disait ma mère à une infir-
mière de vingt ans, à la clinique, l'année dernière.
« Bonjour ! répondait gracieusement l'infirmière. Alors
comment elle nous va la p'tite dame, ce matin ? »

    Jeune homme j'avais été très impressionné de voir ma
grand-mère Camus, la personne la plus pacifique de la
terre, et que je n'avais jamais entendue dire un mot plus
haut que l'autre, se révolter tout de même, presque sur son
lit de mort, contre une infirmière qui l'appelait Mamie :
« Je vous appelle mademoiselle, Mademoiselle, disait ma
grand-mère. Vous n'avez pas à m'appeler Mamie. »

    Je me demande si ce ne fut pas le seul mouvement
qu'on lui ait connu. En tout cas ce furent ses
dernières paroles, ou peu s'en faut.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS.