Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « L’Épuisant Désir de ces choses »
page 211

Voir la description du livre

«
[…] Je veux bien descendre de paysans en fait, si ça vous fait plaisir. J'ai 
beaucoup d'estime pour les paysans, et je m'entends très bien avec eux, en 
général. Ce n'est pas ça qui me chiffonne. Ce à quoi je pense 
surtout, ce n'est pas à une descendance, ou à une ascendance, comment 
dirais-je… ? physique, matérielle, généalogique ; mais à 
un héritage, plutôt… enfin, pardonnez ces grands mots, spirituel, 
intellectuel. Notre héritage, auourd'hui, ce n'est plus Bérénice, ou 
Candide, ou Pelléas, notre héritage c'est la baratte, le vin versé 
dans la soupe, le cochon tué dans l'arrière-cour et les crassiers ; il n'est 
plus au Louvre, il est au musée des Arts et traditions populaires. Et s'il se 
trouve qu'il soit tout de même question de Bérénice, par hasard, ou 
d'Athys, ou des Indes galantes, on nous explique à peu près que c'est ce que 
les riches i'z'allaient regarder, au temps des seigneurs, pendant que nous on trimait dans 
la boue…
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus