Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Buena Vista Park »
page 110

Voir la description du livre

«
Assez génial

Lorsqu'est apparue dans la langue courante, il y a quelques
années, la tendance à relativiser adverbialement les adjectifs
absolus, les résultantes apories bénéficiaient d'une certaine
agréable légèreté.

Mais aujourd'hui qu'on nous les assène cent fois par jour,
l'un peu atroce, le relativement sublime, le plutôt débile,
l'assez génial, l'assez désastreux, l'assez hallucinant se sont
constitués en blocs tout à fait aussi massifs que ceux dont ils
procèdent, et sans doute vaudrait-il mieux, si c'est encore
possible (point douteux, car la langue ne connaît guère de
révaluations) opérer un retour à des adjectifs plus modérés.

(A l'inverse, X, autrement inventif, décrit quelqu'un avec
enthousiasme comme tout à fait pas mal.)
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par VS :
Persistance d'un agacement sur des années...