Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « L’Épuisant Désir de ces choses »
page 134

Voir la description du livre

«
« […]

– Parce que beaucoup de gens ont lu le manuscrit ?

– C'est-à-dire, nous étions si perplexes, moi surtout, qu'on a 
pensé que le mieux serait d'avoir l'opinion du plus grand nombre possible de 
personnes, vous comprenez ; de personnes compétentes, bien entendu…

– Et ?

– Et ce qui est ressorti de cette consultation, ça a été 
surtout la nécessité absolue de demander son avis à un avocat. C'est 
d'ailleurs tout cela qui a pris beaucoup de temps, et qui vous a fait attendre longuement 
une réponse ; ce dont je vous prie de bien vouloir nous excuser.

– Oh, j'ai tout mon temps… Et donc, l'avocat ? »

On imagine à le voir qu'il va être très timide et 
emberlificoté, ou calculateur, ou même fourbe, ou parfaitement ridicule ; 
mais en fait il tient sa partie dans la conversation avec une bonne dose d'attention et de 
vivacité ; et il ne paraît disposé ni à se laisser mener en 
bateau, ni à parsemer l'échange de chausses-trapes de son cru. Il est 
d'autant plus sûr de lui qu'en face on en est moins sûr. Jean, de fait, en 
serait à s'excuser presque.

« Et donc, l'avis de l'avocat, il me faut bien vous l'avouer, a été 
tellement défavorable, tellement, que même moi j'ai dû baisser les 
bras…

– Mais défavorable en quoi ?

– Défavorable en cela que si nous publions ce livre, d'après lui 
– et je crois qu'il a raison, malheureusement – nous, vous comme nous, nous 
exposions à toutes sortes d'ennuis…

– Mais quel genre d'ennuis ?

– Des ennuis juridiques, pour commencer, des poursuites, des procès. Ce que 
vous dites des Juifs, par exemple, et pour aller tout de suite au plus sérieux, 
tombe immédiatement sous le coup de la loi : vous devez bien vous en rendre compte.

– Mais je ne dis rien des Juifs, moi. Il s'agit d'un roman, je vous le rappelle. 
C'est comme si vous reprochiez à Tolstoï les opinions de …

– Je sais bien qu'il s'agit d'un roman, officiellement, que c'est ce qui est 
écrit sous le titre, bien sûr ; mais c'est un roman qui n'a aucun 
personnage…

– Il n'est pas le seul…

– Aucune intrigue…

– Mais il y en a des dizaines, des romans comme ça ! Ou en tout cas, il y en 
a eu…

[…] »
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus