Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Le Département de la Lozère »
page 218

Voir la description du livre

«
Entendons-nous bien : il ne s'agit pas de faire descendre la 
littérature dans la rue, ni même dans la vallée du 
Lot, ou celle du Chapeauroux. Telle que nous essayons de la 
définir ici, elle y est déjà, dans les rues de 
Paris, de Mende ou de Laval-Atget (s'il y en a), le long des sentiers 
et des drailles, du côté des Bondons, de Bellecoste ou de 
Hures-la-Parade. Elle est la rue, elle est la fenêtre, elle est 
la ville et la campagne, elle est le lac et la lande, le 
château, le chemin, le passage à niveau, la 
rivière et la ferme. Elle est une façon de voyager. Elle 
est un usage du temps. Elle est une méthode de classement, 
c'est-à-dire une forme du regard.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par René Sanquer.