Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Corbeaux »
page 28

Voir la description du livre

«
Est-ce que nous serons à jamais le petit garçon en
équilibre sur la branche du cèdre ou sur la murette et qui supplie :
« Regardez-moi ! Regardez-moi ! » ?
    Nous sommes si peu là ! Et nous n'arrivons pas à nous convaincre
que le tout d'exister soit ce peu. Il nous faudrait des preuves. Nous les
demandons à l'amour. Nous les demandons à la gloire. Nous les
demandons à l'amitié. Nous les demandons à la notoriété. Nous les
demandons aux journaux, à l'Académie française, au téléphone.
« Regardez-moi ! Regardez-moi ! » Est-il possible que le regard des
autres puisse seul nous persuader que nous sommes bien au monde et
habitons la terre, et sommes des passagers du temps ?
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par Jacqueline Voillat.