Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Onze sites mineurs pour des promenades d’arrière saison en Lomagne »
page 11

Voir la description du livre

«
    Il faut aimer une eau noire.

    Il faut aimer une eau si noire que le
bleu du ciel bleu, lorsque malgré tout il s'y
mire, à travers les branches, et le blanc des
nuages boursouflés que chahute l'autan,
voient leur azur et leur candeur – sans
s'altérer, bien au contraire, sans rien
déchoir de leur franchise et de leur éléva-
tion – se ranger en courant, en se tendant,
en se creusant, entre les avatars, et parmi les
plus noirs, de la noirceur.

    Noirs sont les bruns, noirs sont les
verts, noire l'heure, noir son reflet.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par Jacqueline Voillat.