Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Répertoire des délicatesses du français contemporain »
page 251

Voir la description du livre

«
JE NE VOUS PROMETS RIEN, JE NE PEUX RIEN VOUS PRO-
    METTRE. Bien qu'on puisse promettre à quelqu'un
    un châtiment exemplaire, le verbe promettre, en
    général, implique un complément favorable, une
    suite heureuse. C'est pourquoi il y a quelque chose
    de tout à fait grossier, lorsqu'on fait l'objet d'une
    invitation, à répondre je ne vous promets rien, je ne
    peux rien vous promettre. C'est désigner sa propre
    préciosité sociale, ou amicale, ou intellectuelle (si
    par exemple il s'agit d'un colloque). Or, cette pré-
    ciosité-là, c'est à l'inviteur de la souligner par poli-
    tesse, pas à l'invité. L'invité, lui, doit insister au
    contraire sur l'honneur qui lui est fait, et sur le plai-
    sir qu'il aurait à y répondre favorablement. Il dira
    donc malheureusement je ne suis pas sûr de pouvoir
    accepter, j'aimerais beaucoup venir, mais je ne suis pas
    certain que ce me soit possible, ou quelque chose de ce
    genre, qui implique qu'une acceptation, de sa part,
    serait son souhait à lui, pas celui de l'inviteur.
        Or il se peut fort bien que tout cela soit une fic-
    tion. Mais la courtoisie a partie liée avec la fiction,
    ou plus exactement avec l'émiettement du sens, et
    de la personne (autant dire avec la littérature).
    L'être n'y est pas un bloc constitué d'emblée,
    auquel il importe avant tout, pour chacun, d'adhé-
    rer à tout instant, comme au scabreux « soi-même »
    qu'il faut être toujours, selon « l'idéologie du
    sympa ». Il est prise en compte de l'autre, jeu de
    miroirs et de retours, désillusion par consentement 
    à l'illusion, médiateté, bathmologie.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus