Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Les Nuits de l’âme (Journal 1996) »
page 13

Voir la description du livre

«
    Dimanche 7 janvier, neuf heures du soir. Oh ! Ce Dieu
n'est pas aimable ! Il pouvait tout nous demander, mais 
pas de L'aimer. Etre aimé, d'ailleurs, de même qu'être
admiré, ou respecté, c'est exactement ce qui ne peut pas se
demander. Mais le demander en assortissant cette impé-
rative requête des plus épouvantables menaces, pour le
cas où nous n'obtempérerions pas, c'est le comble de
l'absurdité. Tant pis : nous brûlerons à petit feu pour
l'éternité, il n'y a pas moyen de faire autrement, si c'est ce
qui nous est promis au cas où nous n'aimerions pas notre
Créateur.

    Est-il bien notre Créateur, d'ailleurs ? Car s'Il ne l'était
pas, nous n'aurions guère de raisons de nous emporter
contre Lui…

    Aucune religion (monothéiste) a-t-elle jamais conçu
cela : un Dieu qui ne serait pas Créateur, un Dieu tota-
lement innocent de la Création et de nous ? Un Dieu à 
côté ?
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par Jacqueline Voillat.