Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Corbeaux »
page 185

Voir la description du livre

«
Il fait encore grand jour. On reconnaît
le sadisme de Dieu au soin qu'il a pris de placer si tôt dans l'année ses
plus belles heures, celles de la plus longue lumière. Bientôt les jours
vont décliner, bientôt le déclin va s'inscrire dans le paysage, bientôt la
fenêtre dira la marche vers la mort, vers la retraite, vers la chute, vers la
fin – la diminution de la vie commencera et pourtant l'été n'est même
pas commencé. Et nous, de même, notre acmé, il est si loin de notre
trépas. Vivre, c'est décliner.
    A quoi s'oppose tout de même la vie de l'esprit, la culture, la
connaissance – et c'est là le fondement de toutes les religions. Le corps
décline, oui, dès le premier tiers de son parcours. Mais l'esprit mène
un long combat pour déplacer cette ligne de faîte.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par Laurent Morel :
"… bientôt la fenêtre dira la marche vers la mort…" J'aurais pu citer aussi le paragraphe, magnifique, qui décrit l'effet du dernier rayon du soleil, un soir, juste avant que n'éclate la "guerre" (il est à la page 29). On touche là à la poésie pure.