Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Répertoire des délicatesses du français contemporain »
page 293

Voir la description du livre

«
OFFUSQUER. À offusquer il est arrivé des aventures et
    mésaventures assez semblables à celles qu'a
    connues oblitérer. Offusquer quelqu'un, aujourd'hui,
    le plus souvent c'est lui déplaire, le choquer, le bles-
    ser dans ses opinions ou dans ses sentiments. Une
    belle expression encore assez courante qui porte en
    elle un peu des deux sens, le sens courant moderne
    et le sens étymologique, aide à faire comprendre
    l'évolution curieuse de celui-ci vers celui-là : c'est
    l'expression porter ombrage. Offusquer quelqu'un c'est
    lui porter ombrage. S'offusquer, c'est prendre
    ombrage de quelque chose.
        Dans offusquer il faut entendre fuscus, qui voulait
    dire sombre, noir, indistinct. Ce qu'en dit Alain Rey est
    extrêmement poétique et pare ce beau verbe d'une
    grande séduction noire (Tout ce qui a des harmonies
    noires a du duende, selon Lorca) : le mot, à l'origine,
    « devait s'appliquer à un homme, comme semblent
    l'indiquer les surnoms Fuscus, Fuscinus. Ce fuscus,
    apparenté au terme poétique furvus, “sombre, noir”,
    contient un élément radical que l'on retrouve dans
    l'anglais dusk, “crépuscule, obscurité” ».
        Mais d'où vient qu'un triste nuage
        Semble offusquer l'éclat de ses beaux yeux ?
                                                       (Molière, Psyché)
        « Hélas ! nous ne pouvons un moment arrêter les
    yeux sur la gloire de la princesse, sans que la mort ne
    s'y mêle aussitôt pour tout offusquer de son ombre. »
                  (Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre)
        « Les feuillages en poussant ont offusqué la vue
    que l'on avait d'ici sur les montagnes. »
        « Elle tourna vers moi un regard offusqué par
    les larmes. »
        « Nous nous préparions à sortir lorsque les
    menaces d'un terrible orage commencèrent d'offus-
    quer le ciel au-dessus de Sainte-Mère. »
        Le Grand Robert donne un exemple emprunté à
    André Maurois (À la recherche de Proust) qui paraît
    tenir en un équilibre parfait le sens étymologique et le
    sens aujourd'hui courant : « Les succès de Proust
    continuaient à offusquer Montesquiou » – c'est-à-dire
    à lui faire de l'ombre, d'une part, et en conséquence à
    le vexer.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus