Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Extrait de « Le Château de Seix (Journal 1992) »
page 184

Voir la description du livre

«
    Pour le contrat, pour la courtoisie, pour le civisme, pour l'ordre, pour la civi-
lisation : oui, oui et oui, plus que jamais.
    Mais ce ne sont pas des fins en soi, pas de malentendu. De ces valeurs-là, nous
nous soucions bien moins, à la vérité, que ne le font leurs ennemis. Elles ne sont pas
pour nous des obsessions : elles ne sont que des conditions. Le contrat est la condi-
tion de la paix, la courtoisie est la condition de l'harmonie, le civisme est la condi-
tion de l'indifférence, l'ordre est la condition de la liberté, la civilisation est la
condition des grandes expériences individuelles. Si nous consentons à être un peu
moins nous-même, et moins immédiatement, c'est pour avoir toute latitude, en fait,
de l'être à terme infiniment davantage. C'est par amour fou de l'individu, et par un
respect passionné de ses droits, que nous souhaiterions que les individus se contrai-
gnent un peu. Tous aujourd'hui ne songent qu'à s'affirmer, et jugent très mauvais
qu'on veuille leur imposer quelques règles, en ce dessein. Ils les rejettent absolu-
ment. Il n'en résulte qu'un brouhaha général, où toutes les voix se confondent et
s'annulent, et où chacun prend pour la sienne celle qui fait le plus de bruit à son
oreille.
»

© R. Camus
Reproduit avec l'autorisation de Renaud Camus

Cet extrait a été proposé par Jacqueline Voillat.