Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Biobliographie

1946

10 août, naissance à Chamalières, département du Puy-de-Dôme.

1952-1962

Études primaires et secondaires à l’école Massillon, à Clermont-Ferrand.

1962

Baccalauréat général, à Clermont-Ferrand.

1963

Baccalauréat de philosophie, à Clermont-Ferrand.

1966-1967

Saint-Clare’s Hall, Oxford.

1968

Licence en droit de l’Université de Paris (Assas).

1969

Licence ès-Lettres de l’Université de Paris (Sorbonne).
Diplôme d’Etudes Supérieures de Droit (Histoire du Droit) de l’Université de Paris (Assas).

1970

Diplôme de l’Institut d’Études Politiques de Paris.
Maîtrise de Philosophie (Esthétique), Université de Paris (Sorbonne) et Institut d’Art et d’Archéologie.
Diplôme d’Etudes Supérieures de Droit (Science Politique) Université de Paris (Panthéon-Assas).

1970-1976

Lecteur et conseiller littéraire aux éditions Denoël, Paris.

1971-1972

Chargé de cours de littérature française à l’Université de New York et à Hendrix College (Arkansas).

1972-1976

Rédacteur de science politique pour les encyclopédies canadiennes Grolier.

1975

Passage, roman, éditions Flammarion, collection « Textes » (dirigée par Paul Otchakovsky-Laurens).

1978

Travers, roman (avec Tony Duparc), éditions Hachette-P.O.L.

1979

Tricks, trente-trois récits, préface de Roland Barthes, éditions Mazarine. Nouvelle édition, complétée, éditions Persona, 1982. Édition américaine (Saint-Martin’s Press), 1983. Édition allemande (Bruno Gmünder), 1987. Édition définitive, quarante-cinq récits, P.O.L, 1988. Édition japonaise (Katsutoshi Yamaoka), 1991. Édition néerlandaise (De Arbeiderspers), 1992.

1981

Buena Vista Park, (fragments de bathmologie quotidienne) essai, éditions Hachette-P.O.L.
Journal d’un voyage en France, éditions Hachette-P.O.L.

1982

Été, roman (avec Denis Duvert), éditions Hachette-P.O.L.
Notes achriennes, essai, éditions Hachette-P.O.L.
Chevalier des Arts et Lettres.

1983

Roman Roi, éditions P.O.L. Édition de poche, Points-Seuil, 1984. Édition tchèque, Král Roman, Prague, 1996.

1984

Chroniques achriennes, essai, éditions P.O.L.

1985

Notes sur les manières du temps, essai, éditions P.O.L.

1985-1987

Pensionnaire à la Villa Médicis (« Prix de Rome », Académie de France à Rome).

1987

Roman Furieux, éditions P.O.L.
Journal romain (1985-1986), éditions P.O.L.

1987-1988

Titulaire de la chronique culturelle du Matin (1987-1988).

1988

Élégies pour quelques-uns, (Élégies I) éditions P.O.L.

1988-1989

Bourse d’Aide à la Création du Centre National des Lettres.

1989

L’Élégie de Chamalières, (Élégies II) éditions Sable, 31130 Pin-Balma. Réédition P.O.L, 1991.
Vigiles (Journal 1987), éditions P.O.L.
Chargé de mission du ministère des Affaires étrangères au Portugal. Entrevue avec le président Soares, conférences à Lisbonne, Evora, Coïmbre, Braga, Porto, etc.

1990

Chargé de mission du ministère des Affaires étrangères en Hongrie, en collaboration avec la Maison des Écrivains.
L’Élégie de Budapest, (Élégies III) in Le Voyage à l’Est, ouvrage collectif (avec Danielle Sallenave, Jacques Roubaud, Daniel Pennac, Olivier Rolin, Alain Nadaud, Didier Daeninckx, Jean-Marie Laclavetine, Jean-Philippe Domecq, etc.), éditions Balland et La Maison des écrivains (commande de l’État).
Esthétique de la solitude, essai, éditions P.O.L.
Le Bord des larmes, (Élégies IV) éditions P.O.L.
Aguets (Journal 1988), éditions P.O.L.

1991

Le Lac de Caresse, (Élégies V) éditions P.O.L.
Fendre l’air (Journal 1989), éditions P.O.L.
Chargé de mission du ministère des Affaires étrangères en Roumanie pour une série de conférences à Bucarest, Cluj, Iassy, etc.

1992

Voyageur en automne, roman, éditions P.O.L.
S’installe dans le Gers, au château de Plieux près de Lectoure.

1993

Le Chasseur de lumières, roman, éditions P.O.L.
Bourse d’Aide à la Création du Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées.
Fonde l’association Pli selon Pli, « Société des Amis du Château de Plieux », dont il est président, et qui assurera la sauvegarde et le classement du château de Plieux comme Monument historique (1994), ainsi que son animation en tant que centre d’art contemporain, de conférences et de concerts.
Organisateur et commissaire de l’exposition de Jean-Paul Marcheschi, Graal-Plieux, au château de Plieux.

1994

Organisateur et commissaire de l’exposition Eugène Leroy, au château de Plieux. Catalogue.
Bourse d’Aide à la Création du Centre National des Lettres.

1994-1995

Chargé de mission du ministère des Affaires étrangères au Brésil pour des conférences sur son propre travail et sur l’œuvre de Roland Barthes. Consultant français de l’exposition Roland Barthes qui se tient à Rio de Janeiro pendant l’été de 1995. Alain Robbe-Grillet et lui écrivent les textes du catalogue concernant l’œuvre plastique de Roland Barthes.

1995

L’Épuisant Désir de ces choses, roman, éditions P.O.L.
Éloge moral du paraître, éditions Sables, Pin-Balma.
Organisateur et commisssaire de l’exposition Jannis Kounellis, au château de Plieux. Catalogue, texte.
Conférence-lecture à l’université de Yale.
Officier des Arts et Lettres.

1996

Le Département de la Lozère, éditions P.O.L.
La Guerre de Transylvanie (Journal 1991), éditions P.O.L.
El, récit (écrit en 1978), éditions P.O.L.
L’association Pli selon Pli, tout en gardant son nom originel, devient « Société des Amis de Lectoure et du Château de Plieux » et organise à ce titre, sous le Haut Patronage de l’UNESCO et toujours sous la présidence de Renaud Camus :
  1. une exposition Joan Miró, les dernières années, qui se tient au château de Plieux du 7 juillet au 16 septembre 1996. Catalogue, texte de Georges Raillard.
  2. un premier Festival de Lectoure, Les Nuits de l’âme, qui se déroule à Lectoure du 24 août au 1er septembre 1986, et qui permet d’entendre et de voir Kudsi Ergüner et des musiciens soufis (24 août), Esther Lamandier (Chants bibliques et araméens, le 29 août), un Hommage à Philippe Hersant par l’ensemble Ader (Nachtgesang, Lebenslauf, mélodies sur les poèmes de Hölderlin, le 29 septembre), Vicente Pradal (La Noche oscura, sur les poèmes de saint Jean de la Croix, 1er septembre), etc.
  3. les premières Devisées de Plieux, consacrés au Thème du Château et auxquels ont participé Robert Misrahi, auteur de Construire un château, traité du bonheur, Danièle Sallenave qui a traité du thème du château chez Kafka, Jean-Marie Goulemot (Sade), Alain Vircondelet (sainte Thérèse d’Avila), Carole Desbarrats (Le Château au cinéma), Jean-Henri Ducos, Anne-Marie Cocula, Pierre Gardeil, etc.
  4. les deuxièmes Devisées de Plieux, réunissant autour du thème Habiter en poète (?) plusieurs poètes parmi lesquels Michel Deguy, Jean-Yves Masson, Jean-Claude Pinson, Paul Louis Rossi, Jacques Roubaud, etc.
À l’occasion du vernissage à Plieux de l’exposition
Joan Miró, les dernières années, Renaud Camus reçoit de l’UNESCO, pour son action culturelle et pour l’ensemble de son œuvre littéraire, la médaille Picasso en vermeil.
En décembre il reçoit également, pour l’ensemble de son œuvre, le prix Amic de l’Académie française.

1997

La collection de Plieux est montrée à Toulouse, place du Capitole, en février et mars, puis à l’abbaye de Flaran, Gers, en juillet et août (c’est à cette occasion qu’est prononcé le Discours de Flaran, le jour de l’inauguration, dimanche 13 juillet 1997). Catalogue.
Exposition de Christian Boltanski, Derniers Jours, au château de Plieux, de juillet à septembre.
Deuxième Festival de Lectoure, Les Nuits de l’âme, qui fait entendre de la musique classique chinoise, le quatuor Rosamonde (premier quatuor de Ligeti, Métamophoses nocturnes, quatuor de Dutilleux,
Ainsi la nuit, et quatuor Lever du jour de Haydn), le Parlement de Musique de Strasbourg (Tenebrae, où se mêlent les Lamentations de Jérémie, d’Alessandro Scarlatti, et le Lichtwang de Gualtiero Dazzi, sur les poèmes de Paul Celan), et montre le spectacle buto de Myriam Zoulias, avec le Groupe du Vent.

1998

Graal-Plieux (Journal 1993), éditions P.O.L.
Etc., éditions P.O.L.
Vaisseaux brûlés, édition annotée de P.A., œuvre évolutive en extension continuelle, est installée sur le réseau des réseaux à partir de septembre.
Exposition Josef Albers (1888-1976) au château de Plieux, du 4 juillet au 21 septembre. Catalogue.
Camus, numéro spécial d’écritures, revue de littérature de l’université de Liège, sous la direction de Jan Baetens (Les Eperonniers / Université de Liège). Textes de Jan Baetens, Sémir Badir, Emmanuel Carrère, Guillaume Dustan, Jean Echenoz, Vincent Louis, Stéphane Baumont, Jean-Christophe Cambier, Charles A. Porter, Lawrence R. Scherr. Nombreuses photographies, dont un dossier de Pascal Meuwissen. Reproductions d’œuvres de Jean-Paul Marcheschi. Quant à Marcheschi, de Renaud Camus, et un texte inédit, Etc., première mouture du livre du même titre, qui paraît quelques semaines plus tard.

1999

Le Département de l’Hérault, éditions P.O.L.
Incomparable, avec Farid Tali, éditions P.O.L.
Renaud Camus abandonne à Nicholas Fox Weber, historien et critique d’art américain, directeur exécutif de la Josef & Anni Albers Foundation, la présidence de l’association Pli selon Pli, qui redevient Société des Amis du Château de Plieux.
Candidat à l’Académie française au siège de Julien Green, Renaud Camus obtient huit voix au premier tour contre douze à René de Obaldia, qui sera élu, et quatre à Maurice Herzog.

2000

La Campagne de France (Journal 1994), éditions Fayard.
Nightsound, (sur Josef Albers) suivi de Six Prayers (sur l’œuvre de ce titre par Anni Albers) éditions P.O.L.
La Salle des Pierres (Journal 1995), éditions Fayard.
Corbeaux, extraits du journal 2000, Les Impressions Nouvelles.

Ne lisez pas ce livre ! (Vaisseaux brûlés 1) éditions P.O.L.
Chargé de mission en Suède, hôte de l’ambassade de France à Stockholm, lectures et conférences au lycée français et au centre culturel français (mars).
Candidat à l’Académie française au siège de Jean Guitton, Renaud Camus obtient sept voix au premier tour, élection blanche (mars).
Jacqueline Voillat, citoyenne de la Confédération helvétique, et ses amis français fondent sur Internet, le Site des Lecteurs de Renaud Camus, qui en 2002 donnera naissance à la Société des Lecteurs de Renaud Camus dont il deviendra, en particulier grâce à son forum, l’expression webmatique.
Colloque « Renaud Camus, écrivain » à l’université Yale, organisé par Jan Baetens et Charles Porter. Communications de Lawrence Schehr, Nicholas Fox Weber, Charles Porter, Jan Baetens, Alexandre Albert-Galtier, Sjef Houppermans, Sémir Badir, etc. (avril). Ces diverses communications ont été publiées en 2002 sous le titre Renaud Camus, écrivain aux Impressions Nouvelles, Paris.
A partir d’avril et jusqu’à l’automne, avec une pointe d’intensité en mai-juin et des prolongements au cours des années suivantes, « affaire Camus », autour de quelques paragraphes de La Campagne de France (Journal 1994), qui valent à Renaud Camus de très bruyantes accusations de racisme et d’antisémitisme. S’illustrent particulièrement par leur véhémence contre lui, par leurs articles ou par les pétitions qu’ils inspirent ou qu’ils signent, Marc Weitzmann, Laure Adler, Josyane Savigneau, Hugo Marsan, Philippe Sollers, Patrick Kéchichian, Bernard Comment, Jérôme Garcin, Jean Daniel, Maurice Szafran, Patrick Girard, Alain Salles, Bernard-Henri Lévy, Thomas Clerc,
Élisabeth Roudinesco, Guy Birenbaum, Yvan Gattégno, Jacques Derrida, Michel Deguy, Jean-Pierre Vernant, Edwy Plenel, Bertrand Poirot-Delpech, Lawrence Schehr, Naomi Schor, Maurice Nadeau, Antoine Spire, Guy Konopnicki, etc. A des degrés très divers, et sans préjuger, éventuellement, de très nettes distances prises à son égard, s’engagent pour sa défense ou celle de sa liberté d’expression Jean-Paul Marcheschi, Alain Finkielkraut, Sophie Barrouyer, Dominique Noguez, Dominique Fourcade, Alexandre Albert-Galtier, Nicholas Fox-Weber, Jacqueline Voillat, Emmanuel Carrère, Maurice G. Dantec, Marianne Alphant, Mark Alizart, etc. Pendant la seule année 2000 « l’affaire » suscite deux cent cinquante articles, essentiellement en France mais aussi en Belgique, en Suisse, en Allemagne, aux États-Unis, en Italie, en Russie, etc.

2001

Killalusimeno, (Vaisseaux brûlés 2) éditions P.O.L.
Les Nuits de l’âme (Journal 1996), éditions Fayard.

2002

Du sens, éditions P.O.L.
Est-ce que tu me souviens ? éditions P.O.L.
Derniers Jours (Journal 1997), éditions Fayard.
Hommage au Carré (Journal 1998), éditions Fayard.
Retour à Canossa (Journal 1999), éditions Fayard.
Fondation, au début de l’année, par Rémi Pellet, de la Société des Lecteurs de Renaud Camus, qui fusionne bientôt avec le Site des Lecteurs fondé deux ans plus tôt par Jacqueline Voillat et en utilise l’espace webmatique, en particulier par le biais d’un très actif forum.
Le 29 mai, organisé par Rémi Pellet et la Société des Lecteurs, débat sur l’« affaire Renaud Camus » à l’Institut d’Études Politiques de Paris, entre Alain Finkielkraut, qui soutient l’écrivain, et Edwy Plenel, directeur de la rédaction du Monde, qui continue de le fustiger et de le combattre.
Le 1er juin, diffusion sur France Culture de l’émission Répliques, d’Alain Finklielkraut, avec Renaud Camus et Emmanuel Carrère, qui après la lecture de Du sens exprime ses regrets de n’avoir pas, en 2000, pris de façon plus résolue la défense de Camus : le texte de cet entretien à trois a été publié en 2003 aux éditions du Tricorne, à Genève.
Le 14 juin, à Plieux, Renaud Camus décide de fonder un parti politique, le parti de l’In-nocence, dont il expose bientôt l’avant-programme sur le net. Cette initiative entraîne une crise au sein de la Société des Lecteurs et la démission de son président, Jan Baetens, ainsi que du vice-président et fondateur, Rémi Pellet. En août, Le Monde, ayant eu vent de cette querelle, lance une nouvelle campagne contre Renaud Camus.
Le 16 octobre, à l’issue d’une assemblée générale à Paris, fondation officielle du parti de l’In-nocence. Renaud Camus est élu président, le secrétaire-général est Paul Mirault, professeur de philosophie, le trésorier Luc Charcellay, photographe. Les statuts sont déposés à la préfecture de la Seine-Saint-Denis.
Dans les semaines qui suivent, le parti de l’In-nocence ouvre un site sur Internet, bientôt doté d’un forum (décembre).

Renaud Camus est également l’auteur de nombreuses préfaces à des livres d’art et catalogues d’expositions (Anne et Patrick Poirier pour le Centre Georges Pompidou, Gilbert & George pour le C.A.P.C. de Bordeaux,
Duane Michals pour la collection Photopoche du Centre National de la Photographie, Anish Kapoor pour le C.A.P.C. de Bordeaux, et Jean-Paul Marcheschi, Eugène Leroy, Jannis Kounellis, Josef Albers lors des expositions au château de Plieux).
Identifiez-vous pour modifier cette page. | RSS Suivre cette page par RSS
Modifié par Webmaster 15/01/2007 23:16:45