Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Documents

Paru dans L’Express
Date 05/06/2008
à propos de Demeures de l’esprit
Titre Au Vrai Chic anglais
Auteur Jérôme Dupuis
Quand Renaud Camus parcourt la campagne britannique en visiteur inspiré, de cottage d’écrivain en manoir churchillien…
Où ranger ce livre dans votre bibliothèque ? A côté du Guide du routard Angleterre-Pays de Galles ? Ou entre les Mémoires de Winston Churchill et Orgueil et préjugés ? Comme toujours avec l’inclassable Renaud Camus, on ne sait à quel genre attribuer ces Demeures de l’esprit, récits impressionnistes de ses visites dans des maisons d’écrivains et de personnalités britanniques — la parfaite Bateman’s House de Kipling, Clouds Hill, le minuscule cottage blanc où Lawrence d’Arabie écrivait, ou encore l’étrange Monk’s House de Virginia Woolf…
Dans cet élégant guide bleu (moins l’ennui), illustré de photographies de l’auteur, on divague entre bibliothèques du Sussex et rhododendrons du Kent, tant nos grands esprits britanniques maniaient de conserve plume et sécateur. Mais « le Camus », on s’en doute, n’est pas un guide « touristique » comme les autres. Il possède ce qui fait défaut à ces derniers : un point de vue. Au fond, une seule chose intéresse ce subtil paysagiste de la « campagne d’Angleterre » : comment habiter poétiquement le monde ? Aussi, du Hughenden Manor de Disraeli au Woolsthorpe Manor d’Isaac Newton — attention, pommier au premier plan… — Camus évoque les vues, la lumière, les ciels et les perspectives — bref, l’esprit de ces demeures.
Enfin, il est un dernier niveau de lecture, plus souterrain, qui réjouira le lecteur : le regard acéré, bien souvent agacé, porté par Camus sur la muséographie et les fameuses « boutiques » de ces maisons d’artistes. On recommande la visite chez le grand sculpteur Henry Moore, où l’auteur est accueilli par une dizaine de cerbères munis de talkies-walkies. On l’aura compris, cet ouvrage n’a pas seulement vocation à déformer la poche du voyageur outre-Manche. Il fera aussi un délectable compagnon à Dubrovnik, à Oulan-Bator ou à Paris.
Identifiez-vous pour modifier cette page. | RSS Suivre cette page par RSS
Modifié par Webmaster 07/08/2010 15:20:13

Réagir à ce document.