Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Éditorial
Décembre 2007

par Jacqueline Voillat

Chers visiteurs,
cette période de l’Avent est propice à de multiples réflexions au sujet de la Société des lecteurs. Ces réflexions suscitent tout naturellement des vœux dont on espère la réalisation puisqu’ils ne relèvent ni de l’utopie ni d’une fantaisie extravagante.
Au moment d’établir une liste, on se rend compte qu’il n’y a pas parmi eux de hiérarchie particulière, car tous sont d’égale importance. Toutefois, il me semble bon de commencer par celui de Flatters, l’un des personnages préférés des lecteurs du Journal.
Flatters, donc, ou Jean-Paul Marcheschi, suggère que chaque membre de la Société des lecteurs achète pour Noël, selon ses possibilités, un certain nombre d’ouvrages de Renaud Camus et les offre à ses amis. Ce serait ainsi une manière de contribuer à l’un des buts de la Société, qui est de faire connaître et l’écrivain et son œuvre.
Je ne puis m’empêcher ici, - en aparté ! - d’exprimer la joie ressentie à la lecture du Journal 2004 qui vient de paraître : Corée l’absente. Ce livre est un enchantement tel que je l’ai lu d’une traite et qu’aussitôt terminé, je l’ai recommencé pour une lecture plus lente et plus réfléchie. La pensée, l’art, la société, le jugement critique, tout le travail de l’esprit est porté par une écriture magnifique, fluide, d’une subtile simplicité et d’un charme qui nous laissent stupéfaits de retrouver, lorsqu’on relève la tête, notre petit monde familier. Nous étions « ailleurs »…
Je m’associe donc à Flatters, et espère avec lui que les Fêtes qui approchent permettront d’intensifier notablement, dans le plus large public, la connaissance des ouvrages de Renaud Camus.
Secondement, nous aimerions que se multiplie le nombre de sociétaires, extrêmement modeste encore. Nous sommes persuadés que les lecteurs sont nombreux et le sont peut-être bien davantage que nous le supposons. Il y a les camusiens avoués et les camusiens secrets ! Il serait bénéfique que la Société des lecteurs progresse, s’étoffe, devienne un réel soutien, un organisme avec lequel il faudra compter et qui fera entendre sa voix chaque fois que cela sera nécessaire pour défendre l’écrivain et son œuvre contre des attaques injustes et venimeuses.
Enfin, on voudrait une participation beaucoup plus dense aux activités proposées par les membres du Bureau. Ceux-ci ont été atterrés de constater que la « Lecture à Versailles » du 19 novembre n’a recueilli que cinq inscriptions ! Ne serait-ce pas possible de réserver quelques heures une ou deux fois par année pour accomplir une activité en l’honneur de Renaud Camus ?
Enfin, au nom de la Société des lecteurs, je me permets d’adresser à Renaud Camus, ainsi qu’à ceux qui lui sont chers, les souhaits de bonheur et de réussite les plus vifs et les plus chaleureux. Que s’estompent et disparaissent les soucis et les entraves, et que vivent la liberté, l’amour, les voyages, la vision de toute la beauté du monde qu’il sait si bien nous révéler.
Nous espérons le meilleur pour vous, cher Renaud Camus, et ces espoirs et ces souhaits, vous vous en doutez bien, ne sont pas tout à fait exempts d’égoïsme : nous aimons vos livres, nous les attendons avec impatience, vous êtes celui qui détient, admirablement, le plaisir qu’ils nous apportent.
Identifiez-vous pour modifier cette page. | RSS Suivre cette page par RSS
Modifié par Jacqueline Voillat 16/12/2007 23:01:35