Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Documents

Paru dans L’Express
Date 04/03/2010
à propos de Demeures de l’esprit
Titre La visite guidée de Renaud Camus
Auteur Jérôme Dupuis
Autre titre du même article  Guide très spirituel
Lien  http://www.lexpress.fr/culture/livre/demeures-de-l-esprit-france-ii-une-chance-pour-le-temps-journal-2007-renaud-camus_852653.html
Dans Demeures de l’esprit, Renaud Camus poursuit son tour des maisons d’artistes. Entre érudition et style flamboyant.
Difficile, sans doute, d’être écrivain et de s’appeler Camus en ces temps de cinquantenaire très fêté de l’auteur de L’Etranger. L’autre Camus, Renaud, n’en continue pas moins de publier imperturbablement sa réjouissante série des Demeures de l’esprit, consacrée aux maisons d’artistes en général et d’écrivains en particulier. Ce quatrième volume nous emmène dans la France du Nord-Ouest. Le « casting » est éblouissant : l’austère Combourg de Chateaubriand, les Rochers de Mme de Sévigné, la « maison de tante Léonie » chère à Proust, le Clos-Lupin de Maurice Leblanc…
Renaud Camus fait un guide hors pair, alliant érudition et parti pris très personnels. Dans ses pas, on découvre pourquoi Balzac écrivit Le Lys dans la vallée, dans une petite chambre sous les combles du château de Saché, qui appartenait à un amant de sa mère ; comment Sarah Bernhardt avait investi un invraisemblable fortin sur Belle-Ile-en-Mer ; et ce qu’il reste de la vallée bucolique baignant les ruines du château de Joachim du Bellay. Car, plus que les murs, ce sont les paysages, les ciels, les jardins, et, par-dessus tout, les vues, toujours plus menacées par l’avancée de la « banlieue universelle », qui importent à notre arpenteur — comme en témoignent ses photographies accompagnant chaque promenade. Ces Demeures de l’esprit sonnent aussi comme un requiem pour une campagne défunte.
Mais, avouons-le, ce que l’on aime avant tout, c’est son mauvais esprit, prompt à dénoncer les ravages de l’industrie du tourisme sur l’âme de ces monuments : entrepôts en tôle face au Croisset de Flaubert ; rocades d’autoroutes enserrant la maison de Corneille ; mosaïque de Folon sur un mur du château de Michelet… Plus les dégâts sont grands, meilleures sont les saillies de Camus. Cruelle équation…
Identifiez-vous pour modifier cette page. | RSS Suivre cette page par RSS
Modifié par Webmaster 23/05/2010 15:03:15

Réagir à ce document.