Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus
Photo © Renaud Camus

Vigiles (Journal 1987)

Commander
à Amazon.fr
[avertissement]
TitreVigiles (Journal 1987)
ÉditeurP.O.L.
Date de parutionjanvier 1990
I.S.B.N.978-2-86744-160-8
2-86744-160-9 (ancienne norme)
 

Quatrième de couverture

L’une de mes aïeules, s’il faut en croire telle rustique parabole de la tradition familiale, reprochait à son époux de reprendre, à table, du pain pour finir son fromage, puis du fromage pour finir son pain ; et, j’en ai peur, ainsi de suite. Vigiles mène à son terme, septembre 1987, la relation quotidienne de ce séjour à la Villa Médicis dont avait rendu compte, jusqu’à la fin de 1986, et non sans un maniaque scrupule d’exhaustivité, déjà, le précédent Journal Romain ; puis, cette tâche accomplie, le présent volume en profite pour suivre à son tour l’année vers sa clôture. Après quoi, c’est à craindre, il n’y a plus vraiment de raison de s’arrêter…
La graphomanie s’affiche ici pour ce qu’elle est, entreprise échevelée d’écriture de la vie. Et le journal, lorsqu’il prend ces proportions déraisonnables, se désigne sans l’avoir voulu comme le genre et le lieu par excellence de cet échange entre tous délectable, des heures avec les mots, des ciels avec les points et les virgules, des plaisirs avec les guillemets, des mélancolies même avec les paragraphes. La fenêtre, la montre, la phrase : une unique syntaxe d’être. Le diariste éperdu ponctue directement la matière même des jours. Qu’il y ait une allégresse à cette perversion comme à toutes, c’est bien la moindre des choses ; elles coûtent assez cher ! S’écrire tout entier, c’est jouir au plus près d’une fusion fébrilement fabriquée sous l’instance indifférente de la langue, entre l’individu, fût-il isolé comme personne, et tout ce que ses yeux, ses attentes, ses nerfs, ses colères, ses désirs, ses passions, son absence même et ses insomnies, sont capables d’offrir à sa littérale dispersion : tableaux, adagios, actualités, jardins, Siciles et voluptés ; autres récits, autres prunelles, autres vigiles.
Vous avez déjà lu ce livre ; c’était pendant que je l’écrivais. Vous vous y retrouverez certainement, quoiqu’il y soit peu question de vous : car il n’est pas possible que votre regard, par dessus mon épaule, n’ait pas laissé de trace entre les lignes.
R.C.
Identifiez-vous pour modifier cette page. | RSS Suivre cette page par RSS
Modifié par Webmaster 18/11/2006 22:00:16

Votre avis

Documents

Lire un extrait.

L’avis des lecteurs